Culture

« Miss Davis », une bande-dessinée biographique sur la vie et les combats d’Angela Davis

Saviez-vous qu’Angela Davis avait été de passage en Martinique début décembre 2019 pour fêter les 75 ans de l’Union des Femmes de Martinique ? A trois mois près, j’aurai pu être témoin d’une visite historique !

En toute transparence, j’étais de ceux qui avaient déjà entendu le nom d’Angela Davis sans pour autant connaître réellement de qui il s’agissait. La sortie de cette bande-dessinée du scénariste Sybille Titeux de la Croix et du dessinateur Amazing Ameziane tombait donc à point nommé pour m’aider à combler quelques lacunes.

Miss Davis bande dessinée

Née en 1944 à Birmingham, dans le sud des États-Unis, Angela Davis est une icône politique et militante dans la lutte des droits civiques des Noirs. A une époque où l’activisme est fortement marqué par les hommes, elle a su s’imposer dans ce milieu très masculin pour faire entendre sa voix et participer activement à cette lutte. Elle a milité pour le pouvoir au peuple, pour la libération des prisonniers politiques, pour faire avancer la cause des Noirs, des femmes et mené de nombreux autres combats.

Une bande-dessinée, en quatre parties, qui ne cesse de tenir en haleine

A travers la première partie de la bande-dessinée, on comprend qu’Angela Davis a eu une enfance plutôt bourgeoise, éduquée mais aussi engagée, engagement nourri, d’une part, par le militantisme de ses parents et, d’autre part, par sa colère face à toutes les injustices dont elle a été témoin dans son quotidien. Elle a pu étudier à New York, en Allemagne et à Paris et s’est toujours révélée comme une élève brillante. En Europe, elle s’est passionnée pour la philosophie et a vu dans l’étude des travaux de grands philosophes (Marx, Kant, …) une réponse à l’antiracisme gangrénant les États-Unis dans les années 60.

La montée du mouvement des Black Panthers a été un élément déclencheur pour son « retour au pays ». Elle sentait qu’une révolution se dessinait et souhaitait y faire partie. On rentre à ce moment dans la deuxième partie de la bande-dessinée. Elle s’est rapprochée de groupes révolutionnaires dont les Black Panthers et le Che Lumumba Club pour y œuvrer. Elle est devenue professeure de philosophie à l’université mais ses combats et son engagement politique, à une époque où le communisme était très mal accepté – voire passible de la peine de mort -, ont fait d’elle « l’ennemie public numéro 1 » du FBI et du gouvernement américain.

Miss Davis bande dessinée

En Aout 1970, un évènement est venu bouleverser sa vie. Une tentative d’enlèvement avortée dans un tribunal a conduit au décès de quatre personnes. Son arme, dont elle avait fait l’acquisition pour se protéger contre les multiples menaces et mesures d’intimidation quotidiennes, a été retrouvée sur les lieux du crime. Elle a alors été accusée de meurtre avec préméditation, d’enlèvement et de complot, trois crimes pour lesquels la peine de mort était une finalité.

Miss Davis bande dessinée

S’en est alors suivie une cavale pour Angela Davis retracée dans la troisième partie de la bande-dessinée. Elle a fini par être arrêtée puis mise en prison. Bien que ses conditions de détention aient été difficiles, elle ne s’est jamais laissée abattre. Elle a écrit, lu et préparé sans relâche sa défense. On comprend que le monde entier a fini par connaître son histoire et a demandé sa libération. Un énorme mouvement de soutien mondial s’est créé autour d’Angela Davis. De nombreuses manifestations aux quatre coins du monde ont rassemblé des foules qui scandaient de nombreux slogans dont le fameux « Free Angela » (Libérez Angela »).

Miss Davis bande dessinée

La quatrième partie de la bande-dessinée est dédiée à son procès. Avec l’aide de ses avocats et sous la pression internationale, elle a fini par obtenir sa libération et a continué (jusqu’à ce jour) de mener sa lutte.

Miss Davis bande dessinée

Ce que j’en ai pensé

Cette bande-dessinée permet de (re)découvrir une figure emblématique du 20ème siècle. Je pensais qu’il aurait été difficile de condenser la vie et les combats d’Angela Davis en quelques pages mais le découpage de la bande-dessinée en quatre moments-clés permet de bien cerner la personnalité d’Angela Davis et son fort engagement. Sa vie l’a menée à sa révolution et elle a su mettre son éducation au service des causes qui lui tenaient (et tiennent!) à cœur. Petit bémol sur les fautes d’orthographe qui sont hélas nombreuses. Néanmoins, cette bande-dessinée est très bien documentée et offre des clés historiques pour comprendre l’actualité. Les dessins sont de grande qualité. Jongler entre des rendus colorés et plus sobres avec le noir et blanc dynamise le contenu et permet de capter l’atmosphère du moment. J’ai aimé l’histoire en parallèle de la journaliste, Seymour June, qui met en exergue subtilement le milieu machiste des médias. Alors que son patron lui avait attribué par défaut la chronique « mode et travaux » parce qu’elle était une femme, elle a malgré tout réussi à couvrir des sujets qui la passionnaient davantage comme l’actualité politique. Ceci apporte, à mon sens, une double pointe de féminisme à l’ouvrage. Cette bande-dessinée est, pour moi, un bel hommage rendu à Angela Davis, une femme d’exception. Aujourd’hui, âgée de 76 ans, elle continue entre autre à lutter contre le racisme, mais aussi à militer pour réformer le système carcéral et abolir la peine de mort. Si vous souhaitez poursuivre sur ce sujet, je vous invite à regarder le très bon documentaire « Free Angela » qui présente des images et vidéos d’archives et/ou à écouter la chanson de Yannick Noah « Angela » en cliquant ici.


NEWSLETTER

Retrouvons-nous chaque 1er du mois pour La Minute Caribéenne de Pop K’Nel, une newsletter dans laquelle vous serez informé(s) de l’actualité du blog et aurez 3 suggestions culturelles 100% caribéennes (livre, documentaire, bon plan, recette, découverte, …). On se retrouve là-bas ?

(4 commentaires)

  1. Quelle belle chronique !
    Merci pour cette découverte, je n’avais pas entendu parler de cette bande dessinée qui me semble particulièrement importante au regard de l’actualité. Angela Davis parle du « moment crucial » que nous vivons aujourd’hui ici, si ça t’intéresse : elle déclare que le changement doit être « politique, économique et social ».

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :