Tu as fais quoi ce weekend ? #8 | Voyage au coeur de « The letter » de Mani A. Mungai

 

Il y a neuf ans, Mani A. Mungai – danseur et chorégraphe – découvre dans un bus une lettre de six pages. Cette lettre, soigneusemet rédigée en anglais, a été écrite par un homme à sa femme. Cet homme est Guinéen et est, à ce moment-là, incarcéré dans une prison. Intime, cette lettre parle d’amour, de souvenirs, d’enfance, de rencontres, de vies de famille et bien d’autres. Cette lettre se révèle être une vraie source d’inspiration pour Mani A. Mungai qui décide d’en faire le fil conducteur de sa cinquième pièce chorégraphique, « The Letter ».

Mani A. Mungai

Mani A. Mungai est originaire du Kenya. Il intègre  tout d’abord l’école des Sables de Germaine Acogny au Sénégal, centre de formation et de création en danses traditionnelles et contemporaines d’Afrique. Il y rencontre Bernardo Montet et rejoint sa compagnie en 2002. Il est danseur permanent du Centre Chorégraphique National (CCN) de Tours jusqu’e 2005. Il poursuit ensuite son parcours auprès d’autres danseurs et chorégraphes de danse contemporaine (Raphaëlle Delaunay, Farid Berki, Emmanuel Grivet, Boris Charmatz, …). Sa carrière est brillante. Son palmarès est riche. Sur le papier, l’histoire de cette pièce chorégraphique me plaît. Je pars donc découvrir cette création de Mani A. Mungai.

the letter spectacle danse mani mungai

« The Letter »

La pièce s’articule autour de 3 axes : la lettre, l’installation et la danse.

La lettre

Elle est contée par un homme à sa femme. Le contenu est restituée au public par l’intermédiaire d’une voix-off. L’auditoire peut donc en saisir pleinement l’essence.

L’installation

Elle est le fruit du travail de l’artiste plasticien Felix Rodewaldt. Entièrement verticale, elle est faite de bandes de rouleaux de scotch. L’installation rappelle facilement une cellule de détention.

La danse

C’est celle de Mani A. Mungai, trait d’union entre les deux axes précédemment cités. Cette danse s’apparente, selon moi, plutôt à une marche sans fin et à des gestes abstraits et répétitifs.

the letter mani mungai spectacle danse

Ce que j’en ai pensé

J’ai aimé le décor scénique qui fonctionne très bien avec les jeux de lumière. Avec la musique ou la lettre contée, nous sommes rapidement plongés dans l’ambiance. En revanche, je n’ai malheureusement pas été sensible à la performance dansée et Mani A. Mungai. Après coup, j’ai (finalement) compris quelques messages-clés : la marche comme allers-retour dans le temps, souvenirs ramenés à la mémoire, projection dans l’avenir, ou encore le vêtement du danseur comme unique repère dans ce tourbillon temporel dont il faut se détacher. Tout s’éclaire maintenant … Au final, des messages assez abstraits et qui m’ont donc échappés. « The letter » est, à mon sens, un art très conceptuel. Vous l’aurez compris, je suis loin d’être une experte mais je suis assez curieuse d’en apprendre davantage. Des recommandations d’ouvrages vulgarisant l’art contemporain ?

Aux amateurs, à vos marques, prêt, bookez !

Pop K’Nel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s